MARI GARNICA (MX)

Illustratrice et céramiste, Mari Garnica est originaire du Mexique. Elle suit des études d’arts plastiques et visuels à l’Université de Oaxaca, dans l’état du même nom.

Tout d’abord illustratrice, Mari Garnica puise son inspiration dans la vie quotidienne:

“Je dessine ce que je vois, ce que j’entends, ce que je pense, des situations qui m’ont fait mourir de rire, mise en colère ou rendue triste. J’ai toujours vu mes dessins comme une manière d’enregistrer ce quotidien, comme une sorte de journal intime illustré. D’ailleurs, les couleurs, les thèmes abordés dans mes illustrations changent énormément selon mon état d’esprit.”

Depuis 2015, elle s’est lancé dans la céramique, donnant du volume à ses personnages griffonnés sur papier:

“Ma rencontre avec l’argile a été un moment très intense. C’est un matériau noble avec des propriétés incroyables: sa couleur, sa texture, sa malléabilité, etc. A chaque pièce que j’effectue, j’y laisse une part de moi-même: les cellules mortes qui restent dans la terre, mes cheveux, la sueur, l’énergie et le temps investi… Le résultat est une pièce qui conjugue à la fois mon propre passé et celui de la terre.”

Très vite, elle se spécialise dans les portraits, donnant naissance à des persos ronds et attachants. Ses sculptures sont d’abord purement décoratives mais, par la suite, l’artiste se passionne pour la réalisation de pièces utilitaires telles que des vases, des abat-jours, des tasses, des assiettes…

L’élaboration de ses pièces est un processus assez long puisqu’il lui faut entre 3 et 4 semaines environ pour les mener à terme.

“Le portrait est juste une excuse. Moi, ce qui m’intéresse, c’est tout le processus : le malaxage, la construction, l’excavation, le lissage, la gravure, la peinture jusqu’à l’émaillage. Cela m’amuse davantage que le fait d’avoir une pièce en soit. C’est tout ce qui a derrière la pièce que j’apprécie.”

Mais l’art de Mari Garnica s’étale aussi sur les murs. C’est au collège qu’elle découvre le street art, grâce à un article consacré au street artiste mexicain Mr Petite. Son travail l’inspire et la pousse à poser ses premiers stickers dans sa rue, puis dans toute la ville. A l’âge de 14 ans, elle assiste au premier festival d’Art Urbain de Oaxaca. Elle y fait la connaissance des membres du collectif “Chan Chan” qui l’emmènent peindre lors de leurs virées. Aujourd’hui, elle compte plusieurs muraux dans sa ville natale et dans la république mexicaine.

Pour en savoir plus sur Mari Garnica, allez vite faire un tour sur son compte Instagram et son Tumblr et sa page Facebook!